Épandage fosse septique

Pour un assainissement écologique viable, le système d’épuration communal des eaux usées est crucial. Cependant, plusieurs concessions se retrouvent hors du réseau d’assainissement public en dépit de leur importante consommation d’eau.

Dans ce cas précis, l’épandage de fosse septique constitue la solution d’assainissement individuel la plus adaptée. De quoi s’agit-il ? Quelles en sont l’utilité et l’importance ? Comment cela se réalise-t-il ? Plus de lumière sur le sujet dans les lignes à suivre.

Qu’est-ce qu’un épandage fosse septique ?

Un épandage de fosse septique est un système de traitement des eaux usées en conformité avec les lois et normes européennes. On peut également le définir comme un montage ou une installation de conduits perforés dans le but de canaliser et d’évacuer les eaux prétraitées à travers la couche terrestre.

Le sol, via les micro-organismes, s’occupe ensuite de l’épuration totale de l’eau. En clair, il s’agit d’une réserve qui assure le traitement préliminaire et la transmission des eaux usées vers le sous-sol.

Le principe de fonctionnement de l’épandage

Le fonctionnement de l’épandage consiste en la mise à contribution du sol et de ses propriétés épuratrices. Ce procédé purement écologique débarrasse les eaux usées de leurs souillures (détergents, matières grasses, etc.). C’est tout un processus de drainage autonome qui requiert la mise en place de canalisations pour l’évacuation des eaux usées.

Pour ce faire, des tranchées de 80 cm au maximum sont creusées. Des tuyaux sont ensuite installés le long des tranchées incurvées et sont recouverts de graviers. Cependant, le fonctionnement du dispositif prend en compte l’état autant que l’aspect du sol.

En effet, une étude préalable doit pouvoir attester de la perméabilité du sol, de l’absence d’eau remontant à la surface, de la présence active des bactéries, etc. Quand le sol est inapproprié, un filtre à sable est utilisé pour contrôler l’écoulement de l’eau.

Selon la nature du sol, on utilise soit un filtre à sable horizontal, soit vertical (filtre à sable drainé ou non drainé). En outre, la mise en place du dispositif requiert un espace conséquent.

Épandage fosse septique, comment faire ?

L’installation d’une fosse toutes eaux nécessite une minutie et des aptitudes d’expert. En premier lieu, la parcelle de terre doit être conforme à des règles spécifiques :

  • 200 m² pour la partie exploitable ;
  • Une perméabilité située entre 30 mm/h et 500 mm/h ;
  • Une nappe phréatique à proximité d’une profondeur supérieure ou égalant 1,50 mètre ;
  • Un terrain incliné d’au moins 5 %.

Pour en juger, un géologue devra mener des études préliminaires. Si le terrain remplit toutes les conditions requises, il faudra par la suite élaborer le plan d’épandage tout en tâchant de respecter les normes en vigueur.

Le volume de la fosse septique est déterminé à partir de la dimension du logement et du nombre de personnes y habitant. Selon les décrets internationaux, le volume de base s’élève à 3 min 3 s pour un maximum de 5 pièces. Le propriétaire d’une maison à 6 pièces se verra donc contraint de creuser une fosse septique d’au moins 4 min 3 s, sous peine d’enfreindre les normes européennes. Pour 10 pièces, il faudra considérer un minimum de 8 min 3 s. Tout est en règle ? Alors, on peut commencer.

On peut compter six étapes pour la pose de la fosse :

  • Creuser le sol sur une distance préétablie ;
  • Aménager les tranchées ou le lit de sable ;
  • Faire la pose de la fosse en inclinant sur une pente de 3 à 4 % ;
  • Bétonner la fosse pour la protéger ;
  • Installer un dispositif d’aération ;
  • Ensevelir la fosse sous une couche de sable d’environ 15 cm.

Notez qu’un matériel performant et un personnel qualifié seront des atouts pour un travail parfait.

Les avantages et les inconvénients

Les avantages de la fosse toutes eaux sont multiples. La disposition est durable et octroie un bon rendement épuratoire. On note aussi des frais de consommation faibles, un système d’alarme intégré, un bas niveau sonore et une garantie quasi illimitée. En outre, l’environnement est préservé.

En définitive, on distingue une bonne vingtaine d’avantages. Toutefois, cela n’exclut pas les potentiels inconvénients. D’abord, les travaux qui coûtent très cher. Ensuite, on est dans l’incapacité de vérifier le degré d’épuration. Les odeurs tenaces et nauséabondes entrent également en ligne de compte, en plus de tous les désagréments liés à un travail potentiellement bâclé.

Le prix et réglementation d’épandage

La prestation du géologue vaut entre 300 et 500 €. Le prix d’épandage se situe entre 3500 et 6000 €. Toutefois, il est bon de prévoir 100 à 150 € pour les besoins d’entretien et l’équivalent de la même somme en prévision d’une visite contrôle du SPANC.

À propos des réglementations, elles concernent d’une part la fosse septique avec lit d’épandage et, d’autre part, les tranchées d’épandage.

Le lit d’épandage

Avant l’installation, il est nécessaire de s’assurer de :

  • 60 m² pour le lit d’épandage dans une maison à 5 pièces ;
  • 20 m² pour chaque pièce supplémentaire ;
  • Moins de 80 cm de profondeur ;
  • Un écart de 1 mètre entre les tuyaux ;
  • 40 cm de graviers pour servir de support au tuyau et un film géotextile.

Les tranchées d’épandage

En ce qui concerne les tranchées, il faut :

  • Moins de 30 mètres de longueur pour le lit d’épandage ;
  • 8 m au maximum pour la largeur ;
  • Une profondeur entre 60 et 80 cm ;
  • Une largeur de 70 cm au maximum ;
  • Un support de 40 cm de graviers et du film géotextile pour recouvrir les conduits.

Ces réglementations assurent la qualité de l’ouvrage et permettent d’en profiter durablement.