L’utilisation des ressources hydriques, l’assainissement et l’hygiène ont toujours été au cœur de tout projet d’urbanisation. De nombreuses métropoles sont désormais confrontées à une pénurie de ressources hydriques et à des problèmes liés à la gestion des eaux usées.

Si l’on analyse leurs coûts, leurs performances techniques, leurs incidences sociales et leurs impacts environnementaux, les modèles actuels d’urbanisme et de gestion des eaux usées ont montré leurs limites. Les systèmes de gestion des déchets ont donc besoin d’être plus innovants, plus efficaces et plus résilients face aux nouveaux défis suscités par l’explosion démographique.

À travers cet article, nous ferons un tour d’horizon sur la question liée à gestion des eaux usées en milieux urbains à travers une étude comparée d’une fosse septique et une micro-station d’épuration.

La fosse septique, mode de fonctionnement et prix

La fosse septique est un dispositif d’assainissement non collectif destiné à recevoir exclusivement les eaux-vannes (sanitaires). Si en plus des eaux-vannes les eaux grises provenant du ménage y sont déversées, cette fosse devient une fosse toutes eaux.

Le fonctionnement de ce système d’assainissement est basé sur la décantation et la liquéfaction des matières solides par un processus biologique qu’est la fermentation. Cette fermentation est assurée par les bactéries anaérobies des effluents.

La fosse septique étant dédiée au prétraitement des eaux-vannes, elle doit être nécessairement annexée à un bac dégraisseur au cas où elle devrait aussi recevoir les autres fluides domestiques.

Le coût d’installation d’une fosse septique nécessite la prise en compte de plusieurs paramètres, à savoir le mode de fonctionnement, le type de bactérie à installer (aérobie ou anaérobie) et la nature des équipements à mobiliser.

Toutefois, pour l’installation de ce dispositif d’assainissement, un budget de 3 500 à 7 000 € est à prévoir. Quoi qu’il en soit, pour une estimation précise du prix fosse septique, un devis complet doit être réalisé par un professionnel.

La micro-station d’épuration, mode de fonctionnement et prix

Face aux problèmes liés à la gestion des eaux usées, en milieu urbain, de nouvelles alternatives aussi innovantes les unes que les autres voient le jour. Parmi elles, les micros stations d’épuration… Les micros stations ont donc le vent en poupe. Elles sont très prisées par les particuliers, et même par de nombreuses institutions.

Leur succès est dû à leur confort exceptionnel d’utilisation et à leur faible incidence sur l’environnement. Ce système d’assainissement est une solution idéale pour l’épuration de l’ensemble des eaux usées du ménage.

Le principe de fonctionnement de ces systèmes d’assainissement non collectifs est pratiquement le même que celui d’une station d’épuration urbaine. Deux options sont envisageables pour la mise en place d’une micro station : la technique de la « boue activée » et la « culture libre ».

Les micros stations basées sur la méthode de la boue activée fonctionnent selon le principe de dégradation des matières organiques des effluents. Cette dégradation est assurée par les micro-organismes ou les bactéries naturelles présents dans les eaux grises et les eaux-vannes.

Les micros stations fonctionnant selon le principe de la culture fixée assurent la dégradation aérobie des polluants et matières organiques par des micro-organismes disponibles en culture fixée. La plus-value qu’apportent les micros station d’épuration par rapport aux fosses septiques est qu’elles ont la capacité de traiter à la fois les eaux vannes et les eaux grises.

Le coût d’une micro station d’épuration dépend de son mode de fonctionnement : pour un système à boue activée, le coût d’acquisition hors pose varie entre 4 400 euros et 5 500 €. En ce qui concerne le prix micro-station à culture fixe, il faut prévoir entre 5 500 et 6 600 €. Cependant, un défi précis et personnalisé requiert l’expertise d’un professionnel.

Quels moyens d’entretien pour chaque système d’assainissement ?

Si votre logement n’est pas relié à un système d’assainissement collectif, vous disposez certainement d’une fosse septique, une micro-station d’épuration, etc. Les équipements d’assainissement non collectifs sont généralement moins vite détériorés s’ils sont bien entretenus.

Moyen d’entretien fosse septique

Pour une fosse septique, les moyens d’entretien se résument à la vérification régulière de la ventilation et les vidanges qui doivent être effectuées à intervalles réguliers. Pour un meilleur entretien des fosses septiques, les vidanges peuvent être accompagnées de curage ou même de réparation des équipements en panne.

Moyen d’entretien micro-station

En ce qui concerne les micros stations d’épuration, l’entretien nécessite plus de soin en raison de la complexité des équipements constituant l’ensemble du dispositif. Les travaux d’entretien prennent en compte le contrôle des émanations d’odeur, la ventilation, la vidange et le contrôle de bruits qui sont des signes potentiels d’alertes en cas de mauvais fonctionnement.