De nombreux éléments entrent en jeu lors des travaux de construction. Ceux-ci jouent des rôles précis qui contribuent à donner aux habitants un meilleur cadre de vie. Parmi ces éléments, vous retrouvez les fosses septiques. Il s’agit d’un des éléments de base d’une installation d’assainissement non collectif (ANC).

Plus précisément, c’est un réservoir qui reçoit soit les eaux-vannes ou l’ensemble des eaux-vannes et ménager. Il s’agit entre autres des eaux de cuisine, de lavage, etc. Ces eaux sont par la suite transportées vers une station d’épuration. Il faut cependant noter que les eaux de pluie ne sont pas concernées.

Retrouvez donc plus de détails à travers cet article.

Les différents types de fosses septiques

Vous retrouvez de nos jours 6 types de fosses septiques disponibles dans la filière traditionnelle agréée.

Les fosses septiques avec épandages

Elles sont les plus économiques actuellement. Il s’agit d’un réseau de tuyaux rigides, enterré dans le sol, dans un lit de gravier. Celui-ci épure les bactéries résiduelles avant de restituer l’eau traitée dans le sol. Ces types de fosses sont réservés aux sols meubles.

Les fosses septiques à filtre à sable

À ce niveau également, vous retrouvez les tuyaux d’épandages. Cependant, le sol naturel est remplacé par un massif de sable siliceux lavé. L’eau est traitée à partir des micro-organismes fixés aux grains de sable, puis rejetée dans le sol par l’irrigation. Elles peuvent également être rejetées vers un milieu hydraulique superficiel ou un puits d’infiltration.

Les fosses septiques à massif filtrant zéolithe

Pour ce type de fosse, vous retrouvez un massif à base de zéolithe naturelle de type chabasite. Celui-ci est placé dans une coque étanche. Une couche à granulosité fine et une autre épaisse servent de filtrant pour les eaux. Celles-ci sont ensuite rejetées soit dans le sol pour l’irrigation, soit vers le milieu hydraulique superficiel, soit vers un puits d’infiltration.

Les fosses septiques à massif filtrant compact

Pour ces fosses, le massif filtrant peut être la zéolithe, les copeaux de coco, la laine de roche, le sable, etc. Il reçoit l’ensemble des eaux usées domestiques prétraitées. La percolation de l’eau se fait dans la rétention de la biomasse produite au sein du massif, qui rejette les eaux. Celles-ci sont ensuite rejetées soit dans le sol pour l’irrigation, soit vers le milieu hydraulique superficiel.

La phytoépuration ou lagunage

Il s’agit ici, d’un massif filtrant sur lequel des végétaux sont plantés. Ces végétaux ne jouent pas le rôle d’épurateur, mais permettent une bonne aération du massif filtrant. Ils disposent également d’un pouvoir décolmatant.

La micro station d’épuration

Celle-ci fonctionne grâce à une oxygénation forcée. Cette oxygénation permet un fort développement de bactéries aérobies, qui dégradent les matières polluantes. Ici aussi, les eaux sont rejetées soit dans le sol pour l’irrigation ou vers le milieu hydraulique superficiel.

La différence entre fosse septique et fosse toutes eaux

Il n’est pas compliqué de différencier une fosse septique d’une fosse toutes eaux. La fosse septique traite uniquement les eaux-vannes. Il s’agit de tout ce qui est eau sanitaire (eau de vaisselle, de lessive, etc.). Mais les eaux grises ne sont pas concernées. Elles les déversent directement dans les réseaux de traitement.

Les fosses toutes eaux quant à elles, comme leur nom l’indique, traitent toutes les eaux, y compris celles grises. Il faut noter que ces dernières ont pris le dessus sur les fosses septiques qui sont moins d’actualité de nos jours.

Les avantages et inconvénients d’une fosse septique

Les fosses septiques présentent bien des avantages pour peu d’inconvénients.

Avantages

Le premier avantage lié à l’installation d’une fosse septique est qu’elle vous permet un assainissement autonome. En effet, très peu d’habitations en France (environ 25 %) arrivent à se relier au système d’assainissement et d’épuration collectif. Or, il est obligatoire de traiter les eaux usées, non seulement pour le confort, mais aussi pour préserver la nappe phréatique et les cours d’eau. Grâce au traitement issu des fosses septiques, vous arrivez donc à vivre dans un certain confort, mais aussi à préserver l’environnement.

Par conséquent, vous vous conformez aux règlements en vigueur. Ensuite, en installant les fosses septiques, vous profitez de différentes aides et subventions liées à l’assainissement non collectif. Enfin, à moins que vous utilisiez une pompe de relevage, les fosses septiques n’ont aucune incidence sur vos factures d’électricité.

Inconvénients

Au vu de tous les avantages que présente l’installation d’une fosse septique, il est difficile de croire qu’elle est sujette à un quelconque inconvénient. Le seul d’ailleurs, est le coût plutôt onéreux qu’elle présente. Ce coût concerne aussi bien son installation que son entretien. Néanmoins, au vu de son utilité, elle vaut la peine d’être installée lorsque vous n’avez pas accès au réseau d’assainissement collectif.

Les matériaux d’une fosse septique

Vous retrouvez deux principaux matériaux pour la réalisation d’une fosse septique. Il s’agit du béton et du plastique qui présente chacun leurs avantages et inconvénients.

Le béton, grâce à son poids, permet de mieux caler la fosse dans le sol. En plus, il supporte mieux l’encrassement. Cependant, sa mise en place demande beaucoup plus d’argent et il est plus sensible à la corrosion.

Le plastique quant à lui est bien évidemment moins onéreux et plus facile à installer. Aussi, il est plus étanche et moins vulnérable à la corrosion. Comme inconvénients, il est plus sensible à la pression de l’eau du sol et moins résistant à la compression.

La capacité d’une fosse septique selon le nombre d’habitants

La capacité d’une fosse septique se mesure généralement en fonction du nombre d’habitants ou du nombre de pièces dans la maison. Pour 5 pièces maximum, le volume minimal est de 3000 litres. Pour chaque pièce principale supplémentaire, ce volume augmente de 1000 litres. Il faut cependant noter que pour une fosse septique en béton, vous pouvez aller jusqu’à 10 000 litres. Celles en PVC par contre, ne sont pas adaptées pour de grands volumes. Elles dépassent rarement 4000 litres. Il faut également souligner, que le volume d’une fosse septique doit correspondre à 50 % de celui d’une fosse toutes eaux.

Par ailleurs, le prix moyen d’une installation d’assainissement non collectif varie de 3 000 à 15 000 €, selon les dimensions de la fosse, le type de filière sélectionné, et les travaux engendrés par la topographie (le type de sole).